• 450-881-0679

Épuisement professionnel : et si nous étions un peu responsable ...


Lorsqu'on aborde le sujet de l'épuisement professionnel, c'est majoritairement la responsabilité de l'entreprise qui est pointée du doigt. Elle est notamment responsable de la surcharge en milieu de travail, des problèmes d'iniquités ou du manque de reconnaissance envers la contribution de ses employés. Mais si on parlait aussi du sujet tabou c'est-à-dire la responsabilité de l'employé lui-même ... Voici donc certains comportements qui peuvent contribuer selon moi, à l'apparition de l'épuisement professionnel chez une personne :

Isolement : j'ai parfois remarqué que certaines personnes avaient tendance à s'isoler en milieu de travail, particulièrement les personnes introverties. Lorsqu'on débute un nouvel emploi, il est important de s'intégrer au groupe et de prendre l'initiave de se présenter aux autres. Si vous attendez que votre employeur vous fasse la tournée officielle, vous pourriez attendre longtemps ... Ultimement, l'isolement entraîne le manque de soutien social ce qui peut aussi mener au rejet par le groupe.  

Surengagement : j'ai aussi remarqué que certaines personnes veulent simplement trop en faire au point de se rendre malade. Voulant tellement atteindre des standards élevés de rendement, ils finissent par être incapable de lâcher prise sur certains aspects. Aussi, en voulant pallier aux problèmes de surcharge dans une entreprise, on évite que les gestionnaires prennent les décisions pour régler ces problèmes. Ironiquement, il faut parfois accepter que le bateau coule un peu pour provoquer un changement.

Manque de diplomatie : l'adaptation en milieu de travail demande beaucoup de finesse au niveau des relations avec son patron et ses collègues. Le manque de diplomatie pourrait entraîner des conflits importants. Et qui dit conflit dit tension importante au bureau, au point de complètement vous faire perdre votre concentration mais aussi l'opinion positive que les gens avaient de vous.

Gestion des priorités et du temps : il est important de bien valider auprès du gestionnaire ce qui est le plus important à ses yeux (priorisation des tâches), au point de demander une rencontre en début d'emploi pour clarifier le tout, d'autant plus si votre patron n'en prend pas l'initiative. De cette façon, les règles du jeu seront plus claires et vous saurez mieux gérer vos priorités lorsque vous manquez de temps pour exécuter toutes vos tâches. Aussi, votre patron ne pourra pas vous reprocher n'importe quoi.

Voici donc quatre exemples de situations pour lesquelles vous avez un contrôle sur l'adaptation en milieu de travail et un certain contrôle également sur l'apparition ou pas des symptômes d'épuisement professionnel.

Eric Péloquin, c.o.

"Image designed by macrovector / Freepik"